Villeurbanne sûre et tranquille

Une politique de tranquilité et de sécurité publique ambitieuse

Les habitantes et les habitants de Villeurbanne ont le droit à la sécurité et à la tranquillité. La sécurité et la tranquillité deviendront une des priorités du mandat, au meme titre que l’action écologique dont j’ai déjà parlé ou d’autre sujets dont je parlerai début 2020. Les actions dans ce domaine seront engagées dès le lendemain des élections car la situation le nécessite d’une part et d’autre part, parce que certaines actions demandent du temps. Il faut les engager tot. On ne va pas tout régler en un jour. Mais il n’est pas question de laisser faire ; nous devrons trouver des solutions.

pourvilleurbanne tonkin
tonkin béatrice vessiller

Contexte - Une tranquilité publique fragilisée

Les intentions et les actions que je propose reposent sur plusieurs constats que je souhaite partager.

Elles sont liées à la question du deal de drogue et à des incivilités, d’une nature différente mais que je ne négligerai pas.

1 – D’abord la réalité de la multiplication des points de deal de drogue à Villeurbanne ces dernières années. Ils sont de l’ordre d’une soixantaine aujourd’hui contre une quinzaine il y a cinq ou
six ans. Si le phénomène n’est pas que villeurbannais, il est forcément préoccupant : Tonkin, Gratteciel, Bonnevay, Buers, Grandclément, Tolstoi, Rue de France…
– Au-delà de son caractère illicite, la vente de drogue génère des nuisances importantes : occupation de l‘espace public par des rassemblements perturbateurs (des groupes, parfois agressifs, prennent le «pouvoir sur la rue ») ; les nuisances sonores ; les dégradations matérielles (halls d’immeubles notamment), déchets.
– Dans cet environnement, les habitants craignent que leurs enfants, en grandissant, ne se retrouvent agressés ou bien enrolés dans le commerce de la drogue, mais de fait aussi dans la consommation (les jeunes guetteurs de 14-15 ans sont approvisionnés et consomment pour passer des heures à attendre ; ils se détruisent le cerveau et leur santé). Il faut donc etre attentif et vigilant sur ce risque, car il existe. Il est d’autant plus important que dans les secteurs où résident les habitants les plus pauvres, leurs enfants ont une difficulté plus grande à accéder à l’emploi.

2- D’autres dysfonctionnements nuisent à la tranquillité et à la sécurité de tous. Ils ne concernent pas nécessairement des délinquants ou des criminels mais tous les citoyens ! Les incivilités et les infractions à la sécurité routière par exemple, qui mettent en danger les autres usagers ou créent des nuisances pénibles : le stationnement dangereux sur les trottoirs ou les pistes cyclables, la vitesse excessive des véhicules, les rodéos en scooter, ou encore les dépots sauvages d’encombrants. Les
sujets sont nombreux et la prise de conscience doit etre collective.

3- La perception des femmes
L’insécurité nocturne est plus fortement percue par les femmes, c’est une préoccupation sérieuse à laquelle je suis particulièrement sensible.

Ma volonté - Prendre les choses en main sans attendre que la situation se dégrade encore

1 – Je positionnerai la ville comme « autorité co-organisatrice de la tranquillité publique ». La maire de Villeurbanne doit être, avec le Préfet, chef de file d’un travail beaucoup plus resserré qu’il ne l’a jamais été avec les acteurs concernés et je m’y engagerai personnellement: collaboration avec police nationale, police municipale, Justice (Procureur, Protection Judiciaire de la Jeunesse), Education nationale, travailleurs sociaux, bailleurs sociaux, acteurs de la lutte contre les violences faites aux femmes...

Exemples : Prévention de la consommation des drogues en milieu scolaire ; dans les collèges/lycées, interventions sur la prévention des conduites à risques, et sur la résolution des conflits par la nonviolence…

Je souhaite parvenir à un pilotage opérationnel, fréquent et régulier, des questions de sécurité avec des plans d’action pour une période donnée, des réajustements au fur et à mesure des avancées, une évaluation régulière de l’action publique. Une réunion annuelle du CLSPD ne suffit pas pour aborder la question du renforcement des moyens pour la sanction et la réparation, ou pour mener des actions concrètes !

 

Exemples : je souhaite traiter avec le préfet et les partenaires : la question du renforcement des effectifs de la police nationale / discuter de l’évolution possible des missions des ASVP au-delà de leurs missions actuelles ( stationnement, verbalisation environnementale, sécurité routière) / parler de la formation des policier municipaux et ASVP / développer dans les services de la ville l’accueil de personnes ayant des travaux d’intéret général (TIG) /parler de la formation des policier municipaux et ASVP . Aujourd’hui, les policiers municipaux sont dans leur voiture et rarement à pied ou à vélo : je souhaite qu’ils soient en proximité des habitants, aux abords des écoles par exemple, avec une présence dissuasive dans les espaces publics, une prise de contact volontaire avec la population, l’orientation et l’accompagnement de certaines catégories de public (et notamment de ceux en rupture avec les
institutions, comme les sans-domicile fixe), le rappel aux règles de vie en collectivité, la prévention et la médiation des conflits dans les espaces publics. Ils peuvent aussi participer à l’éducation au vélo dans les écoles (circuit Jules Ferry), encore une manière de renforcer le lien avec la population tout en ayant dans un role éducatif pour nos enfants.

2 – Je prendrai mes responsabilités de maire en commencant d’une part par rencontrer le Préfet sur les questions clés, y compris celles liées aux financements et d’autre part par augmenter le budget annuel affecté à la sécurité à hauteur de 1 M€ dès 2021 (avec une augmentation à chiffrer dès 2020 par DM après élection), notamment pour renforcer les actions de prévention, de médiation, sanction et réparation et pour préparer le recrutement de nouveaux agents municipaux (en 2021), qui seront de 2 catégories : des médiateurs, à l’instar des médiateurs mis en place sur le quartier Monod/Baratin cet été, qui vont au contact des jeunes, peuvent rencontrer les familles, orienter les jeunes vers les structures d’accompagnement à la formation, l’emploi… , ainsi que des policiers municipaux supplémentaires.

A ce sujet, le nombre de policiers municipaux à Villeurbanne (39) est très inférieur à celui de villes comparables, quelle que soit leur couleur politique : Dijon 67 PM (152000 hab), Grenoble 84 (170000) ; Besancon : 54 (120 000 hab.).

3 – Je prendrai l’initiative des assises Villeurbannaises de la Sécurité et de la Tranquillité, qui auront lieu en 2020. Seront invités les habitants, les enseignants, les bailleurs sociaux, les acteurs associatifs, les professionnels de la tranquillité publique et de la sécurité (polices nationale et
municipale, pompiers) pour établir un diagnostic partagé et déterminer les priorités de l’action municipale. Un suivi annuel sera mis en place.
Je souhaite porter à ce débat les questions importantes :
– la question de l’insécurité vécue et ressentie par les femmes : le diagnostic et les solutions sont à élaborer avec les femmes.
– les actions à mener pour la reconquête de l’espace public (rues, places) et des espaces communs des immeubles (halls, parkings souterrains) en valorisant des initiatives comme les projets d’agriculture urbaine (expériences de champignonnières en Ile de France et prochainement au Tonkin, avec Cycloponics) ; l’installation de jardins partagés, de composteurs, d’espaces de jeux pour enfants, d’animations de rue.
– la mobilisation des entreprises pour l’emploi des jeunes issus des secteurs défavorisés,
– on n’enlèvera pas les caméras de vidéo surveillance installées ces dernières années, ce serait un mauvais signal, mais nous réaliserons une évaluation sur le dispositif actuel et débattrons avec les citoyens de la meilleure facon de les utiliser, les redéployer…

béatrice vessiller police municipale
Appel à soutien

Je soutiens

la liste Béatrice Vessiller Pour Villeurbanne
Je serai absent.e pour le 1er et/ou 2nd tour

Je donne procuration

Inscrivez-vous à la newsletter

Recevez de nos nouvelles par e-mails tous les mardis